ÉnergieProjet 5


Démontage d’un mât sur l’A16 par un froid glacial

Emilien Voisard

Responsable du domaine énergie, Arc Jurassien, Delémont

BKW a misé sur l’expérience d’Arnold AG à Delémont pour le démontage de la ligne 16 kV sur mâts en béton entre la sous-station de Courrendlin et Courroux. Le paroxysme de ce travail fut la suppression complexe du mât no 2, situé au centre de la jonction autoroutière A16 Delémont-Est.

Durant l’été 2018, nous avons réalisé la mise sous câble de la ligne 16 kV reliant la sous-station de Courrendlin à Courroux sur une distance d’un kilomètre. Jusque-là, cette liaison était une ligne aérienne sur des mâts en béton. Une fois le câblage terminé, notre mission consistait à démonter cette ligne aérienne, alors que six des huit mâts qui la composaient se trouvaient en zone agricole. Il a dès lors été décidé de reporter le démontage à l’hiver 2019 afin de limiter les dégâts aux cultures.

C’est donc en tout début d’année 2019 que nous avons pu démarrer ces travaux. Le démontage des câbles et des mâts entre le no 4 et le no 8 ne représentait pas un grand défi en soi, compte tenu notamment de l’expérience et du professionnalisme des monteurs engagés sur le chantier. Cette partie de travaux n’a d’ailleurs donné lieu à aucun accident ni dégât. La partie entre les mâts 1 à 3 fut une autre paire de manches. En effet, le mât en béton no 2, long de 13 mètres et pesant 6 tonnes, se situait en plein milieu de la jonction autoroutière A16 Delémont-Est. Afin de garantir une parfaite sécurité, il était donc impératif de fermer complétement les bretelles d’entrée et de sortie de l’autoroute. Grâce à la diligence du service des infrastructures jurassien et de l’OFROU, nous avons pu obtenir une fermeture complète des accès, mais uniquement entre 8h00 et 11h00. Durant ce laps de temps, il nous a fallu finaliser le démontage de deux portées de fils entre les mâts 1, 2 et 3, assurer le dégagement partiel du pied du mât jusqu’à sa fondation, scier le mât en béton (d’un diamètre de 60 cm) et évacuer cette portion de route, tout en rebouchant la fondation du mât. Soit un véritable exercice chronométré.

Dans l’optique de stabiliser le mât pendant le sciage et de l’évacuer rapidement, nous avons opté pour l’utilisation d’un camion-grue de 40 tonnes afin de déposer le mât directement à l’extérieur du périmètre autoroutier. Une entreprise de génie civil a également été mandatée pour les travaux de creusage et de remise en état du pied du mât.

La coordination minutieuse des différentes entreprises et des équipes de terrain a été la clé du succès de ce travail hors normes. La date des travaux ayant été fixée bien à l’avance, nous n’avions pas envisagé que l’opération se déroulerait lors d’une journée glaciale! Ainsi, c’est par une température de -12 °C que nos huit collaborateurs, l’équipe de l’UT IX, l’entreprise de génie civil et le conducteur de l’autogrue ont dû réaliser cette opération «coup de poing». Tout cela, en respectant les délais.

Le chef de projet BKW, qui était venu immortaliser les travaux avec son drone, a rencontré quelques difficultés. En effet, les pales de son appareil gelaient en raison des températures glaciales et du brouillard givrant persistant. Une nouvelle preuve de l’ampleur des frimas qui régnaient ce jour-là! Nous remercions tous les intervenants de cette froide matinée pour leur professionnalisme et leur engagement dans la réussite de ce mandat.

Partager cet article

Cela pourrait également vous intéresser

Groupe-Arnold

Télécommunications

Thema a l'honneur «BIM»