Eau - Projet 4


Hinni donne le ton!

Dieter Jermann Responsable technique et développement, Hinni AG, Biel-Benken

En Suisse, une action est nécessaire au niveau des hydrantsbouches d’incendie. Il existe des cas dans lesquels l’eau potable a été contaminée en raison de mauvaises manipulations des hydrants et de leur périphérie. C’est pourquoi le mandat de projet a été créé pour installer un système de refoulement dans les hydrants. Hinni AG a été autorisée à accepter ce projet.

En cas d’incendie, un hydrant fournit de grandes quantités d’eau. En Suisse, des hydrants sont généralement intégrés au réseau d’eau potable de l’approvisionnement en eau et fournissent également de l’eau potable en cas d’urgence. Pour les autorités, un cas dans lequel les eaux usées refluent dans le réseau d’alimentation en eau potable en raison d’une erreur de manipulation d’un hydrant, est un scénario de crise. Les agents pathogènes se propagent rapidement et abondamment par le réseau de conduites. Pour les exploitants, cela se traduit par des coûts et une perte de réputation, et surtout par des conséquences sanitaires pour les consommateurs, comme de la diarrhée, des nausées et des vomissements. En cas de sinistre, la fermeture rapide des tronçons de ligne concernés et la prise de mesures coûteuses de rinçage et de désinfection sont les seules actions utiles.

Chez Hinni, une mesure de blocage du refoulement fait l’objet d’une discussion intense depuis 2012. Un tel système de prévention des refoulements doit être peu coûteux et mécaniquement durable, et doit empêcher l’eau de pénétrer accidentellement dans la conduite d’eau par l’hydrant. Une tâche délicate: lorsqu’un hydrant est fermée, l’eau qu’elle contient est automatiquement vidangée et s’écoule dans le sol environnant pour des raisons de protection contre le gel. Pour cette fonction, de l’air doit pouvoir entrer par une ouverture pouvant se fermer automatiquement et sans électricité des années durant lorsque l’hydrant est ouverte, et restant ouverte dans le cas contraire. Même si ce n’était pas une tâche facile, les années consacrées au développement de la solution ont porté leurs fruits. Pour la réalisation d’un joint d’étanchéité empêchant le refoulement, la qualité et la durabilité inégalées en termes d’hygiène du revêtement intérieur en émail constituent une base idéale.

Fun Facts

Dès 2014, nous avons pu faire une demande de brevet pour une première solution testée et totalement fonctionnelle. Malheureusement, il s’est avéré que le système a certes fonctionné, mais que la mise sur le marché n’a pas pu se faire car la mécanique n’a pas pu être intégrée dans tous les systèmes d’hydrants. Ainsi, peu de temps après la demande de brevet, nous avons subi un «retour à la case départ». Notre joie était d’autant plus grande lorsque notre deuxième solution a été certifiée en 2019 comme le premier «système RFV dans les hydrants» de Suisse.

En 2017, Hinni a déposé un brevet pour la nouvelle «prévention du refoulement dans la partie supérieure». S’en sont suivies deux longues années de développement détaillé, de tests et d’essais sur le terrain avec le soutien de tous les départements internes, du service extérieur et de certains clients. En juin 2019, les «hydrants avec prévention du refoulement» de Hinni ont été les premières en Suisse à être certifiées par la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE). L’écoulement de l’eau est empêché, même à une pression très basse de 0,15 bar. Il s’agit désormais d’industrialiser la mécanique. Au printemps 2020, Hinni fête ainsi le lancement du produit et le marché montrera si cette invention se transformera en une innovation. Un fait est certain: tout s’accorde parfaitement avec les célèbres «vertus de Hinni» et le concept de système des hydrants Hinni.

Je tiens à remercier tous les collaborateurs pour leur soutien et leur persévérance. Je me réjouis toujours lorsque nous pouvons créer quelque chose de nouveau ensemble.

Partager cet article

Cela pourrait également vous intéresser

Groupe-Arnold

Télécommunications

Mobilité

Thema a l'honneur «BIM»