Énergie — Données personnelles


Tanja Steiner

Experte monteuse / électricienne de réseau

Date de naissance: 12.03.2000 Chez Arnold AG depuis: Août 2018

A quoi ressemble votre journée de travail typique?

La journée de travail débute à 7 heures à Wangen. Nous commençons par nous rencontrer au magasin et discutons du matériel dont nous avons besoin pour la journée. Nous chargeons le véhicule et nous prenons la route pour nous rendre sur le chantier. Sur place, nous abordons d’abord le déroulement de la journée et nous nous répartissons les tâches, dans la mesure du possible. Nous nous mettons ensuite à l’œuvre. A 9 heures, nous apprécions la «pause casse-croute», à condition que nous puissions nous le permettre, selon le programme du jour. Après cette collation, nous nous remettons au travail jusqu’à ce que l’estomac et l’horloge annoncent la pause déjeuner. Lorsque nous sommes rassasiés et que nous avons repris des forces, nous poursuivons le travail jusqu’en fin d’après-midi et, si possible, nous l’achevons. En fonction de la distance qui sépare le chantier du magasin, il faut penser plus ou moins rapidement aux préparatifs de la journée suivante et au regroupement de nos affaires. Nous retournons ensuite au magasin, déchargeons le véhicule et profitons de notre fin de journée vers 17 heures après des heures de travail satisfaisantes.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre métier?

Je travaille en équipe et je passe la quasi totalité de mes journées à l’extérieur, en pleine nature. En tant qu’électricienne de réseau, j’ai un métier très diversifié, ce qui me plaît également beaucoup.

Qu’est-ce qu’une journée de travail réussie pour vous?

Lorsque je peux dire à la fin d’une journée de travail que beaucoup de choses ont pu être accomplies et que le travail a énormément progressé, cela signifie que cette journée de travail était réussie et productive.

«Lorsque l’on travaille chez Arnold, on se déplace beaucoup et on découvre des chantiers dans des endroits très différents. Je suis allée pour mon travail à Fribourg, Bienne, Bâle, Berne et dans les environs proches. J’apprends aussi à connaître des secteurs auxquels je ne m’intéresserais pas dans une autre situation. J’ai déjà participé à des travaux dans le tunnel de Belchen, mais je me suis vite rendu compte que ce n’était pas fait pour moi. Les interventions de nuit sont toujours passionnantes et créent de nouvelles expériences. N’oublions pas qu’être chez Arnold, c’est souvent travailler avec d’autres entreprises ou être détaché, ce qui permet de rencontrer constamment de nouvelles personnes.

Tanja Steiner, Experte monteuse électricienne de réseau

Quelle est la story Arnold que vous n’oublierez jamais?

C’est une question difficile car je vis souvent des événements dont je me souviendrai toujours. Je ne peux donc pas vraiment trancher pour une histoire en particulier. Comme on le dit si bien: on garde le meilleur pour soi-même.

Quel rêve avez-vous déjà réalisé?

Depuis très longtemps, je rêve de m’envoler pour Hawaï, de découvrir le pays et sa culture. Mais jusqu’à maintenant? Bien sûr, je me suis déjà fait plaisir ou j’ai déjà acheté quelque chose qui me plaît, mais je ne considère pas que j’ai réalisé un rêve. Je pense que mon rêve du voyage à Hawaï va se réaliser dans les années à venir.

Si votre vie était un livre: quel titre lui donneriez-vous?

Je ne me suis jamais posé la question. Une réponse me vient spontanément: L’indécise. Je pense que c’est un titre qui me convient bien, même si aujourd’hui je sais ce que je veux. A l’école, la situation était différente. Au début, je voulais exercer «un métier avec les animaux», comme assistante vétérinaire ou soigneuse d’animaux. J’ai ensuite réalisé que j’aime travailler avec mes mains et qu’il est important pour moi d’être dans la nature. Mon souhait professionnel s’est ensuite développé en direction de l’artisanat et m’a finalement amené à devenir électricienne de réseau. L’indécision est un thème qui concerne aussi bien ma vie professionnelle que mes loisirs. Depuis l’âge de 4 ans, je joue au football comme joueur de champ – que ce soit comme attaquante ou comme défenseuse, l’essentiel est d’être sur le terrain. Toutefois, lorsque j’ai quitté le FC Flumenthal pour le club féminin du FC Attiswil il y a près de 7 ans, j’ai également changé de poste pour devenir gardienne de but, ce qui me plaît toujours aujourd’hui. En tant que gardienne de but, on a un peu plus de responsabilités, car nos propres bonnes performances sont également utiles à l’équipe.     

  

Si vous étiez un animal, lequel seriez-vous et pourquoi?

Je serais un chat. En tant que chat, vous n’avez aucune obligation, vous pouvez dormir toute la journée et vous êtes dorloté. Cela pourrait me convenir. D’ailleurs, mon animal préféré est le tigre, donc un félin.

Qu’est-ce que le bonheur pour vous?

Aujourd’hui, on peut acheter beaucoup de choses qui ont une valeur matérielle, mais la santé ne s’achète pas. C’est pourquoi le bonheur pour moi est clairement la santé et je suis vraiment heureuse que ma famille et moi soyons en bonne santé.

Cela pourrait également vous intéresser

Mitarbeiterportrait

Dominique Nussbaum

Télécommunications

Mitarbeiterportrait

Cédric Glaus

Mobilité

Mitarbeiterportrait

Dzevad Sepic

Eau

Partager cet article

Cela pourrait également vous intéresser

Groupe-Arnold

Télécommunications

Thema a l'honneur «BIM»